« Prologue » au Carnet de recherche DICOpsar Février 2019

(Février 2019)

« Prologue » au Carnet de recherche

On ne peut comprendre les créations relatives au répertoire de l’Opéra de Paris sans confrontation directe avec celles des autres corpus mettant en œuvre un opéra ou un ballet avec musique continue, corpus comprenant des productions écrites en langue française ou représentées sur le territoire français sous l’Ancien Régime. La littérature sur le sujet du corpus et de l’histoire de l’opéra français se trouve engagée au début de ce siècle dans un moment décisif de réflexion et de positionnement critique sur la période phare de l’Ancien Régime.

La puissance esthétique et la valeur du répertoire de l’Opéra de Paris se déploient avant tout dans la tragédie en musique, genre dit ‘grand’, ‘noble’ ou ‘haut’ et emblème de la synthèse des arts en Europe. Nous en voulons pour preuve Achille et Polyxène (1687), opéra de Campistron, Lully et Collasse dont le sens programmatique (logique de tétralogie entre les opéras Alceste 1674, Achille et Polyxène 1687, Thétis et Pélée 1689, Énée et Lavinie 1690) et surtout l’idéologie nous saisissent. Si l’on situe cette œuvre dans la tradition théâtrale française en remontant aux sources homériques, on met en lumière la riche intertextualité (musicale, chorégraphique, scénographique) mise au service d’une déclaration en faveur de la paix, au moment où la politique militaire agressive de Louis XIV isole le monarque en Europe. Dans Achille et Polyxène, la quête aristocratique de la beauté et du style (ancrée dans la préciosité) n’est plus du côté du pouvoir; ce n’est plus un opéra de la grandeur, de la glorification, de la collusion avec le pouvoir. À l’école de la tragédie grecque, la mimèsis y objective les choses : on dénonce les puissants, leurs codes. Ainsi ce grand opéra détourne-t-il avec brio tous les codes de l’Ancien Régime pour servir une vision politique contestataire, orientée sur le sens et sur la vérité.

Cependant, la redécouverte d’un grand nombre de genres lyriques (134 appellations génériques au total selon notre recensement) comme le ballet-pantomime, nous permet aujourd’hui de recomposer l’organisme du théâtre lyrique français sous l’Ancien Régime, de réanimer les chefs-d’œuvre à succès du répertoire de l’Académie royale de musique notamment en matière d’opéras ballets, ou de revivre la naissance de cette riche et vivace lignée des ballets mis en musique. On peut enfin se délecter de l’audacieuse inventivité poétique et musicale des auteurs de cet exceptionnel corpus.

Cette vision du théâtre lyrique sous l’Ancien Régime est l’aboutissement d’une recherche fondamentale que nous avons menée depuis 2004 et qui a donné lieu à une chronologie critique et exhaustive des créations relatives au répertoire de l’Académie royale de musique (1669-1791), en regard des répertoires lyriques connexes comme celui de la Cour de France, d’où sont issus les répertoires OSAR (1650 -1791)/dicOPSAR (1669-1791) présentés dans notre Carnet de recherche publié en décembre 2016 (https://dicopsar.hypotheses.org/) comprenant un essai, des catalogues alphabétiques et chronologiques, nomenclatures « Œuvres », « Auteurs » (librettiste, compositeur), modèles de notices et thesaurus.

Il est maintenant possible de percevoir l’intensité du bourgeonnement favorisé par l’intrication complexe entre les différents répertoires. La nécessité d’établir clairement le statut de chaque première représentation nous a menés sur la voie d’une acception plus large du répertoire de l’Opéra de Paris avec les concepts d’ARM intra-muros (œuvres créées et représentées à Paris, troupe de Paris) et d’ARM extra muros (ainsi l’exemple bien connu de l’Oronthée de Lorenzani, opéra créé à Chantilly en 1688 devant le Dauphin, mais de nombreux opéras sont dans ce cas, avec des variantes, du fait de l’alchimie particulière à la production). L’objectif de nos travaux a été de contribuer à révéler l’identité esthétique, la cohérence du théâtre lyrique français par un focus sur les points de convergence entre les différents corpus de l’opéra en langue française (et parfois en langue italienne à l’ARM), au travers des périodes, par-delà les singularités des genres comme des styles musicaux, et la diversité des lieux de création (41 recensés pour le corpus de la « Ville » associé à celui de la « Cour »). On a finalement identifié une créativité supérieure générée par cette interaction constante – une logique de « programmation » ou de « co-production » comme nous dirions aujourd’hui – entre le répertoire lyrique de l’Académie royale de musique et celui de la Cour de France.

Géraldine GAUDEFROY-DEMOMBYNES

Associate Professor of Musicology, Déléguée CNRS 2010-11, Maître de conférences en histoire de la musique, laboratoire Histoire et critique des arts, équipe EA 1279, Université de Rennes 2

 

 

 

lili3